Les Espaces Enchevêtrés

Accueil > Entrées en jeux > Scénario 0.01

Scénario 0.01

vendredi 5 octobre 2012, par anais

Première apparition publique d’un personnage important au cours d’un festival de jeux : les 24h du jeux ayant eu lieu les 13 et 14 octobre 2012 , de 9h à 9h le lendemain ce sont les 24h du jeu de la ZLUP, à la maison de quartier de Méan Penhoet.

« Je m’appelle Mémo

Je vous projette le travail qu’un de mes collègues veut absolument vous montrer derrière moi. Ceci n’a rien a voir avec ce dont je vais vous parler maintenant et je ne pourrai donc pas en parler en tant que Mémo par la suite. ceci étant dit .

Un homme se présentant comme chercheur est venu au bricolab la semaine dernière. Il m’a dit qu’il cherchait du matériel pour réparer une antenne. L’usage qu’il semblait vouloir en faire m’a tout de suite semblé mystérieux, étrange même.

Je ne suis habituellement pas suspicieux avec les gens mais l’attitude de ce chercheur avait quelque chose d’assez désagréable.

En notant son adresse pour l’association, il avait fait tombé par inadvertance, une micro SD que j’ai trouvée après son départ. Elle était assez abimée mais sans doute importante et je décidai de lui apporter. Il ne m’avait laissé qu’une adresse, pas de tel ni mail.

Trouver l’endroit fut assez difficile. La rue n’existait pas sur le plan et je du faire quelques recherches aux archives.

La maison était abandonnée, squattée peut être, mais surement destinée à être démolie. La porte défoncée était ouverte et il n’y a avait personne. En fouillant un peu j’ai trouvé la mallette qu’il transportait lors de sa visite, mais pas le gars.

Je suis rentré au bricolab avec et y ai trouvé, parmi des composants électroniques, des interfaces numériques connues, une liseuse HS, un vieux poste de radio ou ce qui y ressemblait, un carnet de notes et de curieux disques de terre peinte avec des dessins.

Pourquoi était-il si étrange ? Que voulait-il faire avec ce matériel particulier ? Tout cela ne collait pas et mon intuition le sentait bien. Le carnet était lui aussi dans un sale état. Il manquaient des pages. Certaines indications étaient notées en français mais l’écriture était presque illisible. Des formules mathématiques, des signes, des lignes de codes se succédaient, sans logique apparente.

Ce qui retint le plus mon attention était un dessin griffonné rapidement sur l’une des pages. ?? Une spirale ??, une sorte de marelle ?? a deux carrés, comme les pieds d’une figure maya ?? La carte SD avec photorec me donna des fichiers, surtout du code mais aussi un peu de texte et quelques images.

Quelques recherches sur le code me permirent de comprendre que ce chercheur, surement fou, travaillait sur un virus informatique qui semblait assez classique et sans doute inopérant aujourd’hui, même si avec peu de modif il pouvait faire penser à un cheval de Troie aux possibilités polymorphiques, peut être capable de migrer sur des machines.

Peut être y avait t-il un rapport avec certains états énergétiques, vibratoires engendrés par les possibilités du virus et ses recherches sur les espaces quantiques ?

Le carnet de notes montrait ces états de matières enchevêtrées, parlait de la théorie d’espaces parallèles.

Et surtout , il mentionnait un personnage vers la fin des notes, nommé ?? (rite de passage, mythologie ? ??)

Avait-il trouvé une possibilité de communiquer avec une entité qui se situait… dans un autre espace ? Un espace enchevêtré au notre. Il semblait croire que la technologie pouvait lui donner les moyens d’aller dans un autre univers.

Ces nuits là, je compris que la physique quantique disait vrai. La réalité était multiple. Les questions tournaient dans mon esprit intrigué. Qu’avait-il appris ? Pourquoi ces codes ? Et le matériel ? Que venait faire le monde maya là-dedans ? Ne pouvant en rester là, je décidai de retourner à la maison délabrée. Il me fallu un peu de temps pour comprendre qu’elle n’était plus là. Aucune trace, le chercheur et son domicile avaient disparu et mon espoir d’en savoir plus s’éloignait avec eux.

Quelle ironie que cette foutue conscience. Assez lucide pour se sentir exister et trop limitée pour avoir accès à la vérité.

J’ai toujours pensé que la science ne trouverai pas la vérité, que les chercheurs, avec leur mode de pensée sclérosé étaient tout juste bons à nous mettre des œillères. Mais, ce mec là disait vrai et il fallait que je le retrouve.

Je décidai donc, à l’aide de ses notes, de créer le matériel qui me permettrait de me resynchroniser avec l’espace de discussion de l’entité et peut-être de ramener le chercheur parce qu’après tout, il n’avait pas payé sa cotisation.

Je suis là donc parmi vous pour trouver de l’aide. C’est ici je pense avec des personnes à l’esprit ouvert, prêtes aux surprises. Grâce a cette habitude des jeux que je pourrai trouver des partenaires.

Je partagerai ces pendentifs, créés à l’identique de ceux trouvés dans la mallette. ( signe distinctif des joueurs, c’est une RAM coupée dont les éléments sont peints de différentes couleurs ).

Pour le moment c’est au niveau du système de synchronisation que nous devons travailler. D’après ce que j’ai compris la fenêtre de communication n’est pas fixée a un endroit, elle se déplace. Nous avons donc besoin de faire un matériel portable. C’est le travail des codeurs que je dirige.

Ensuite d’ici un mois peut être viendra le travail des éclaireurs, chargés de se déplacer dans la ville pour dresser une cartographie des évènements qui ont percé notre espace.

Puis il nous faudra communiquer, apprendre, peut-être à nous battre, enfin être prêts a tout pour participer à la plus grande découverte de ce millénaire, celle des espaces enchevêtrés. »

La séance de recherche

8 joueurs ont réfléchi sur les objets que j’avais avec moi :
- la radio qui après mes recherches personnelles devait être une sorte de transducteur, un interprète.
- une bobine de cuivre reliée à un petit amplificateur et connectée sur un haut-parleur, elle doit capter les variations de champs magnétiques créés dans la boucle.
- un ensemble de bâtons, parcourus par un fil de cuivre, servant à interconnecter les disques.
- 5 disques de terre comportant 8 plots de connexion autour d’un glyphe.
- un des disques, est à brancher sur la radio.

Le but de notre trouvaille est de réaliser une boucle magnétique entre tous les disques et bâtons, celle ci en place un message sera transmis à la bobine centrale. Ce message nous donnera sûrement des indications pour la suite.

Le carnet de notes nous a révélé un système basé sur une combinaison de glyphes dans le calendrier maya spirituel. Pour faire fonctionner la machine, il faut connecter correctement les glyphes les uns aux autres. Par chance, nous avons les glyphes qui correspondent aux dates supérieures au 21/12/2012. Cette date est une date historique dans leur calendrier car elle marque un changement d’ère (13.0.0.0.0). Date après laquelle il n’est plus nécessaire d’assembler donc de posséder les disques de terre/glyphes, il y en a plus de 20. Date d’une nouvelle ère.

Au bout de 2 heures de recherche, il ne restait plus que trois personnes.
Nous avons pu retrouver la combinaison, et activer la machine sur le 22 décembre. Une voix étrange s’est fait entendre. son message d’abord incompréhensible s’est révélé être celui d’un endroit sur Saint-Nazaire.

Nous avions la date et le lieu correspondant !